Chronique 87 – « Ricks Le Hérisson »

Auteur : Benoît Le Gall
Editions : L’Ame En Livre
Année : 2019
4ème de couverture : « Dans la cité souterraine, deux jeunes hérissons périssent dans les mâchoires d’un piège bipède. La population est en colère. Cette situation ne peut plus durer. Ricks est alors désigné pour accomplir la quête de la noix d’argent, un artefact dont la destruction permettra d’éradiquer l’envahisseur. Le chemin sera difficile, les défis nombreux et les alliances parfois contradictoires. Il faudra pourtant accepter certains compromis. La survie de la Nature en dépend.
Ricks Le Hérisson est le premier roman de Benoît Le Gall. Il est réédité dans une nouvelle version qui plaira toujours aux lecteurs de tout âge. Fable écologique, ode à la Nature, Ricks Le Hérisson est aussi une aventure palpitante pleine de rebondissements, d’humour et de magie… »

Avant tout, je tiens à remercier Benoît Le Gall pour sa confiance à me confier ce SP. Ce roman jeunesse est une belle découverte. Imaginez un style héroïc Fantasy dont le héros principal est un hérisson. Il doit mener une quête avec divers obstacles et en compagnie d’individus totalement improbables. Le but est de protéger son peuple contre l’Ennemi qu’est l’Homme et dont son extinction est l’objectif principal. Au fur et à mesure de ma lecture, je n’ai eu de cesse de me représenter ces scènes typiques du genre, mais avec des animaux. Ricks le hérisson qui part à l’aventure ; le peuple des hérissons qui s’allie avec d’autres espèces ; un affrontement épique ; un mage noir… bref, un joli petit mélange qui donne à ce roman jeunesse une certaine addiction. Enfants comme adultes ne peuvent être qu’emporter par cette histoire.

Une histoire sur un fond d’écologie. Les Hommes ravagent la terre, menaçant les espèces animales. C’est malheureusement un fait. Cependant, bien que la colère et la vengeance règnent au début du roman, il y a un message de tolérance. Nous sommes tous différents et il faut apprendre des autres. Détruire n’est pas une solution. Au contraire, il faut écouter, apprendre de nos erreurs et tendre la main à notre voisin.

L’amitié entre Julia et Ricks est vraiment touchante. Elle évolue au fil de l’aventure et de leur apprentissage de l’un et de l’autre. Découvrir le peuple des hérissons était agréable et amusant. L’auteur a su transposer le quotidien « humain » à l’animal qui fait le marché par exemple, ou encore le peuple qui gronde face aux décisions des responsables (non non, ils n’ont pas enfilé les gilets jaunes, lol). Par moment, j’en oubliais presque qu’il s’agissait de hérissons.

J’ai beaucoup apprécié Pelton — un pélican, ainsi que Blizzard et Sirocco — des grands-ducs. Les combats entre ces animaux sont excellents et cela donne un petit quelque chose en plus au roman. Alors qu’on pense que l’ensemble des espèces animales veulent se protéger des bipèdes, d’autres les servent. Entre eux, il existe des conflits. Certains sont bons, d’autres sont mauvais. Un peu comme chez les Hommes quoi. Par contre, pauvre Basfür. Non, mais là, ce n’est pas juste, lol.

La plume de Benoît est fluide. Le livre se lit très bien et vite. Je recommande Ricks Le Hérisson aux petits comme aux grands.

Retrouvez les aventures de Ricks et de ses amis ici :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.